On a du mal à le croire. La presse française parle de "mensonge" (Lemonde.fr) du gouvernement israélien (nommément est ainsi visée Tzipi Livni, la ministre des Affaires étrangères du gouvernement Olmert) au sujet d'une hypothétique crise humanitaire à Gaza. Les Palestiniens vivent dans des conditions misérables depuis des années à cause du Hamas et non à cause des Israéliens. Le niveau de vie des Gazaouis n'a fait que dégringoler, passant de 1300 dollars à moins de 500 depuis l'arrivée des Frères musulmans et alors même que des colonies juives étaient implantées dans la bande de Gaza et que des Palestiniens venaient travailler en Israël et les Israéliens faire leurs affaires à Gaza.

Or, si l'on veut avoir des informations réelles au sujet des centaines de camions qui passent par les points de passages apportant aux Palestiniens vivre et médicaments depuis le début de l’offensive, il suffit de regarder les infos sur Guysen TV : http://guysen.com. Là, on les voit les camions ainsi que les ambulances. Mais la presse française arrêtera-t-elle pour autant de fantasmer au lieu de faire honnêtement son travail ?

Il n'y a jamais eu non plus de blocus de Gaza. Les points de passage n’ont jamais été fermés sans raison valable. Ils ont plusieurs fois été ouverts pour autant que les miliciens du Hamas ne bombardaient pas à coups de mortier les camions d’essence et de vivre et les points de passage eux-mêmes ! Il faut un minimum d’honnêteté dans les informations pour être crédibles comme journalistes tout de même.

Depuis l’offensive, des centaines de camions sont passés vers Gaza, profitant justement, grâce à l’offensive menée, de l’impuissance partielle du Hamas qui préfère concentrer ses tirs sur les villes et les civils pour inquiéter les populations israéliennes qui vivent dans l’angoisse depuis huit longues années et alors même qu’Israël a fait évacuer manu militari les colonies israéliennes de Gaza en 2006, et inversement des Gazaouis ont enfin pu passer pour être soignés dans les hôpitaux à Ashkelon, où d’ordinaire également, ce que la presse française ne rapporte jamais, des Palestiniens, notamment des enfants, y sont régulièrement soignés alors même que le Hamas tirent sur leurs propres enfants que soignent les médecins israéliens travaillant sous les tirs de roquettes !

Les opposants à l’offensive israélienne font preuve en outre d’une rare hypocrisie. Durant huit longues années, on ne les a jamais vu manifester dans la rue contre les tirs du Hamas, une organisation terroriste reconnue comme telle par les Etats démocratiques qui a tout de même fomenté un coup d’Etat contre l’autorité légale retranchée à Ramallah, et alors même qu’un journal arabe a dénoncé ces tirs sur des civils comme contraire à la cause palestinienne !

D’ailleurs, la Ligue arabe et l’Egypte ont dénoncé publiquement l’irresponsabilité du Hamas pour mettre en danger la population civile palestinienne tandis que les miliciens se terrent dans les abris. Le Hezbollah, de son côté a clairement signifié au Hamas qu’il devait agir seul, autrement dit qu’il le laissait tomber.

Les pays arabes comme les pays démocratiques, l’UE en tête, ont bien compris que tout le monde voulait la paix dans cette région, sauf le Hamas, qu’il n’y aurait pas pire scénario pour l’avenir de la région et la paix du monde que l’arrivée en force du Hamas avec l’arrogance qu’il affiche d’ordinaire et les soutiens dont il bénéficie de la part de l’Iran, qui inquiète aussi à juste titre les pays arabes, et de la Syrie alors même que les négociations de ce pays avec Israël avancent dans le bon sens, s’il arrivait par des élections à s’installer à Ramallah après les élections présidentielles qui se profilent à l’horizon immédiat.

Ce ne sont pas que les Juifs à qui s’en prend le Hamas. Un Arabe chrétien luthérien, qui tenait une librairie, a été récemment assassiné à Gaza. A Ramallah, le nombre de chrétiens arabes a diminué passant de 40 000 à moins de 2000 sous la pression et les menaces des militants du Hamas et des membres de grandes familles arabes chrétiennes implantées là depuis des siècles ont été sauvagement assassinés.