PSALM

 

1

Schweigt mit mir, wie alle Glocken schweigen !

 

In der Nachgeburt der Schrecken

sucht das Geschmeiß nach neuer Nahrung.

Zur Ansicht hängt karfreitags eine Hand

am Firmament, zwei Finger fehlen ihr,

sie kann nicht schwören, daß alles,

alles nicht gewesen sei und nichts

sein wird. Sie taucht ins Wolkenrot,

entrückt die neuen Mörder

und geht frei.

 

Nachts auf dieser Erde

in Fenster greifen, die Linnen zurücksclagen,

daß der Kranken Heimlichkeit bloßliegt,

ein Geschwür voll Nahrung, unendliche Schmerzen

für jeden Geschmack.

 

Die Metzger halten, behandschut,

den Atem der Entblößten an,

der Mond in der Tür fällt zu Boden,

laß die Scherben liegen, den Henkel...

 

Alles war gerichtet für die Letzte Ölung.

(Das Sakrament kann nicht vollzogen werden.)

 

2

Wie eitel alles ist.

Wälze eine Stadt heran,

erhebe dich aus dem Staub dieser Stadt,

übernimm ein Amt

und verstelle dich,

um der Bloßstellung zu entgehen.

 

Löse die Versprechen ein

vor einem blinden Spiegel in der Luft,

vor einer verschlossenen Tür im Wind.

 

Unbegangen sind die Wege auf der Steilwand des Himmels.

 

3

O Augen, an dem Sonnenspeicher Erde verbrannt,

mit der Regenlast aller Augen beladen,

und jetzt versponnen, verwebt

von den tragischen Spinnen

der Gegenwart...

 

4

In der Mulde meiner Stummheit

leg ein Wort

und zieh Wälder groß zu beiden Seiten,

daß mein Mund

ganz im Schatten liegt.

 

Traduction :

 

PSAUME

 

1

Faites silence avec moi, comme toutes les cloches font silence !

 

Dans le délivre de l'horreur

la vermine cherche encore de la chair fraîche.

On peut voir le Vendredi Saint une main suspendue

au firmament — il lui manque deux doigts —

elle ne peut pas jurer que tout,

tout n'ait pas été et que rien

ne sera. Elle plonge dans le rouge des nuages

pour délivrer la terre des nouveaux assassins

et s'en va, libre.

 

La nuit sur cette terre

ils se jettent aux fenêtres, les lanières qui cinglent les repoussent

pour préserver la clandestinité des malades :

un ulcère gonflé de chair, d'infinies souffrances

pour chaque bouchée.

 

Les bouchers retiennent, gantés,

leur souffle pour ceux qui vont nus,

la lune après la porte se décroche et tombe,

— laisse les débris par terre, la poignée...

 

Tout était prêt pour l'extrême-onction.

(Le sacrement ne peut pas être accompli.)

 

2

Vanité, tout est vanité.

Passe une ville au laminoire,

relève-toi de la poussière de cette ville,

prends un poste,

et un masque

pour échapper aux compromissions.

 

Honore tes promesses

devant un miroir sans tain dans l'air,

devant une porte close dans le vent.

 

Impénétrables sont les voies sur la grande paroi à pic du ciel.

 

3

Ô, les yeux, terre consumée dans l'antre du soleil,

lourds de tout le poids de la pluie de tous les yeux,

pris dans la toile des rêves à présent, tissée

dans la trame tragique

du présent...

 

4

Dans l'auge glaciaire de mon silence

couche un mot

et étends de vastes forêts tout autour,

que ma bouche

se tienne dans le secret de leur ombre.

 

I. Bachmann, Die Gestundete Zeit, Le temps en sursis, 1953.