28 mars 2011

UN SONDAGE DU CENTRE POLITIQUE DE RAMALLAH

S'il est un fait de plus en plus évident c'est bien celui du parti-pris flagrant des médias internationaux ainsi que des décideurs internationaux quant aux pays arabes, au Moyen-Orient, à Israël et à la situation de Gaza. Dois-je avoir besoin de rappeler ici aux médias comme aux instances européennes et internationales les dizaines de tués au Yémen, les centaines de victimes en Syrie, un nombre approximativement identique en Jordanie, les centaines de morts et milliers de blessés en Lybie,  les plus de... [Lire la suite]
Posté par melkisedek à 15:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mars 2011

EURABIA : L'AXE EURO-ARABE

Par Bat Ye'or En 2001, une vague de judéophobie a balayé violemment l'Europe, elle a coïncidé avec l'intensification de l'Intifada al-Aqsa de Septembre au 30 mai 2000. Cette simultanéité n'est pas fortuite. En Europe, les gouvernements, certaines Églises, et la plupart des médias ont en fait approuvé la deuxième Intifada, en utilisant bien sûr une apparence morale pour ce qui était en fait une stratégie de terreur par les dirigeants palestiniens.    La justification et la négligence affichée envers ces agressions... [Lire la suite]
Posté par melkisedek à 15:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 mars 2011

TROIS PERMUTATIONS DU MOT HASARD

Le mot "hasard" se dit en hébreu (miqré) : מקרה. Si on lui fait subir quelques permutations de lettres, ce que Saussure appellerait des anagrammes, on y trouve le mot "D.ieu". 1. Seulement de D.ieu (raqé-mi-H') : רק-מהי 2. D.ieu (est) la source (H'-maqor) : הי-מקור 3. D.ieu brode (H'-rokem) : הי-רוקם Qu'est-ce que le hasard ? Le hasard est au cœur de la pensée tragique, nous dit Clément Rosset, celle de Pascal, de Hobbes, de Nietzsche. Il est le principe destructeur de toute nature. Le hasard est au cœur même de la pensée humaine,... [Lire la suite]
Posté par melkisedek à 15:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 mars 2011

NOTRE FAÇON D'ÊTRE UNIQUE

La douleur, la peine, la souffrance se disent en hébreu (kéhév) : כאב. En permutant les lettres, on peut former les expressions suivantes : 1. Comme un père (ka-hav) : כ-אב 2. En toi l'enseignement (bakha-h (aleph)) : בך-א À quoi sert la douleur ? A-t-elle un sens ? Les anagrammes du mot "douleur" en hébreu (kéhév) dévoilent un aspect inhabituel de celle que nous considérons en général comme une ennemie. Mais nous pouvons découvrir l'aspect rassurant de la douleur, et ainsi en faire notre alliée. Kéhév, la douleur, la peine, la... [Lire la suite]
Posté par melkisedek à 15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 décembre 2010

LA SOIE DU MONDE

Marusa, 2009.     Tu es la pauvre, là où on t'a mise,  sous l'escalier. Tu ne l'as pas voulue, la mort, il faut que le printemps approche. Qui désormais se souciera de toi ? Le bruit des clous qu'on enfonce pour tenir ton image, le sang, la soie du monde, c'est incompréhensible. Le vent suffisait à te rendre folle. Qui t'accordera le lit, le pain, la viande, le vin de l'hospitalité, sous l'escalier ?  
Posté par melkisedek à 20:36 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
12 décembre 2010

DOULEUR

"Douleur", image, Marusa, 2010.   Douleur qui fait arc, lumière, la tienne, électrique. Elle te traversa et parla peu. As-tu su pourquoi ? As-tu su comment elle était venue du fond de la nuit sans nom ? Belle, terrible,  tu l'as habitée. Elle fut ton asile, ton exil,  elle alla son chemin.
Posté par melkisedek à 17:11 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

10 décembre 2010

ABSENCE

"Absence", photo Marusa, nos chaussures sur un tapis d'Orient représentant le paradis.   Ce peu de mots, la nuit les dépose syllabe après syllabe, dans le cristal de tes larmes. Le mot que tu  reprends donne sa forme    à l'absence.  
Posté par melkisedek à 23:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
06 décembre 2010

FAILLE

("Faille", M.-L. Broggi, 2007)     L'heure, à qui s'adresse-t-elle désormais, vide ? Tu viens dans la faille. Lumière, seule lumière, la faille de vivre. Le lit de verdure de nous deux, flaque de nuit, ce plus jamais qui perce le cœur, rouge, de ta voix où s'épuise ma voix.      
Posté par melkisedek à 03:24 - Commentaires [1] - Permalien [#]
05 décembre 2010

SERRURE DE LA NUIT

    Toi qui sais que nous avons été faits de rêves, tu ouvres pour nous la serrure de la nuit, formes sans corps, voix sans visage, chemins sans trace. Nous qui ne savons que dire adieu, notre folie voudrait forcer l'univers de l'amour. Ainsi, grâce soit rendue à tes paupières closes, qui lèvent dans nos yeux  la grande aile insaisissable qui,  soudain,  nous traverse.   ("Rêve", Marie-Louise Broggi)  
Posté par melkisedek à 21:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
05 décembre 2010

SES MAINS

    Souveraineté de tes mains dans la nuit, qui nagent,  bleues. Elles glissent dans la douceur liquide des grandes eaux d'Ophélia, inaltérables, incomparables, inarrêtables. Le temps n'a plus prise sur elles. Elles sont le frémissement du monde, sa vague en devenir vers une autre verticalité. Abstraction visible du silence, rédemption. ("Mains d'Ophélia", Marie-Louise Broggi)
Posté par melkisedek à 21:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]