po10-10À l'heure où après l'entrée des "Palestiniens" à l'Unesco, le Conseil de l'Europe, suite au vote du 4 octobre dernier de l'Assemblée du Conseil de l'Europe, pactise avec les "Palestiniens" en leur donnant le statut de "partenaires de la démocratie", alors que l'Autorité palestinienne prétend s'unir avec le Hamas, inscrit sur les listes des organisations terroristes reconnues comme telles par l'UE et les Etats-Unis, organisation qui agit au nom d'une Charte antisémite et anti-occidentale où il s'engage à détruire Israël, et qui maintient dans la bande de Gaza, où il a usurpé l'autorité légale par un coup streets-of-safed-israeld'Etat sanglant, la Charia, condamnée comme anti-démocratique par la Cour suprême de Strasbourg, il est bon de rappeler, grâce à ce reportage d'Albert Londres en Palestine, écrit et publié dans le journal de gauche de l'époque, Le Quotidien, ce qu'était la Palestine à la fin des années 1920, à une époque où rien ne permettait de justifier l'effroyable intolérance et la cruauté sans merci des Arabes de Palestine envers les Juifs natifs de Palestine depuis toujours et habitants les villes de Hébron et de Safed. Ce reportage est un démenti cinglant au lavage de cerveau organisé par la presse française pour accréditer auprès d'une majorité de l'opinion publique désinformée le mythe fallacieux d'une revendication palestinienne fondée sur la justice, les droits de l'homme et les valeurs de l'humanisme européen. Ce reportage résonne comme un rappel à l'ordre de ces mêmes valeurs trahies et bafouées par l'Union Européenne et l'oligarchie qui la dirige, et qui dénonce aujourd'hui encore, par sa probité même, les mensonges de la répugnante désinformation qui sévit en France dans les médias

—————————————

Il faut raconter Hébron et raconter Safed. Hébron est en Judée, c’est-à-dire dans les pierres. Dix-huit mille Arabes, mille Juifs, mille vieux Juifs non tous âgés, mais tous vieux : Juifs de l’autre temps, papillotes et caftans !

On est dans Hébron. Rien de plus orien tal à offrir au voyageur. Des rues pour drames cinématographiques. Très bien ! Mais tout cela est arabe. Où est le ghetto ? Vous regardez et ne le voyez pas. On vous a dit cependant qu’il était ici, dans ce bazar couvert, entre ce carrefour et cette basse mosquée. Pas de ghetto ! Aucun Juif !

Vous retournez aux renseignements. Alors, on vous donne un guide. Le guide vous ramène dans le bazar couvert et vous arrête entre l’échoppe d’un marchand de babouches et un vendeur d’agneaux écorchés. Là, dans le mur, un trou : c’est une porte, la porte du ghetto.

Vous la franchissez courbé en deux ; vous vous redressez, et alors, si jusqu’ici vous n’aviez rien vu, vous voyez maintenant quelque chose. Il ne suffit pas de voir, il faut croire aussi. Ce qui s’offre aux regards est incroyable. Ce ghetto est une montagne de maisons, une vraie montagne avec ses crêtes, ses cols, ses ravins, une petite montagne mal fichue, hargneuse, sans un centimètre carré de terre : toute couverte de maisons, toute ! Pour atteindre le rez-de-chaussée de la deuxième bicoque, il faut passer par le toit de la première. Du toit de la seconde, nous voici de plain pied dans la troisième. Ainsi pour chacune. Où sont les rues ? Au fait où sont-elles ? Pour­tant, je marche, et je ne marche pas toujours sur les toits ! Non ! Mais je grimpe des escaliers, j’emprunte un couloir, je me perds dans des laby­rinthes. Croyant déboucher sur une place, je me trouve dans une chambre à coucher. Un Juif de grande taille, étendu sur le seuil de sa maison, aurait la tête chez lui, les pieds chez le voisin…un voisin à qui il voudrait du mal, un bras ailleurs et l’autre dans la synagogue ! Trois synagogues communiquant entre elles couronnent le fol Etat. Le soleil n’a rien de plus extravagant à chauffer sur toute la surface de la terre. !

Là vivent mille Hébreux.

Non de ceux qui déployèrent le drapeau au mur des Lamentations ; non mille gaillards de Tel-Aviv ; non plus ces colons durs et décidés de la plaine de Jezraël. Mille Hébreux qui n’étaient point venus en Palestine dans un bateau, mais dans un berceau, mille Juifs éternels. Une famille, une seule était arrivée récemment de Lituanie pour vivre en sainteté et non en conquérante sur la terre des ancêtres. Tragique famille !

Amis des Arabes ? Presque. En tout cas, point ennemis. Se connaissant tous, même par leurs noms, se saluant depuis dix ans, depuis toujours. L’Hébron juif était célèbre, non pour ses sentiments nationaux, mais pour son école talmudique.

Or les Arabes n’attaquèrent pas Tel-Aviv, mais Hébron…mais Safed. Je n’ignore pas que Ragheb bey El-Nashashibi, franc comme l’épée, s’excuse en disant : « A la guerre comme à la guerre. On ne tue pas ce qu’on veut, mais ce qu’on trouve. La prochaine fois, tous y passeront, jeunes comme vieux ». Nous faisons expressément remarquer à Ragheb bey que nous ne le mettons pas au défi de tenir sa parole. Il en serait fort capable. Mais l’avenir, aujourd’hui, n’est pas notre affaire.

Le 23 août, le jour du grand mufti, deux étudiants talmudistes sont égorgés. Ils ne faisaient pas de discours politiques, ils cherchaient le Sinaï du regard, dans l’espoir d’y découvrir l’ombre de Dieu !

Le lendemain, dès le matin, des Arabes marquent leur inquiétude sur le sort des Juifs. Tous les Arabes ne font pas partie des fanatiques. La virginité d’esprit n’est heureusement pas générale en terre d’Islam.

- Sauvez-vous ! disent-ils aux Juifs.

Quelques-uns offrent aux futures victimes leur hospitalité sur leur toit. L’un deux même, ami d’un rabbin, marche toute la nuit et vient se planter devant la maison de son protégé. Il en défend l’entrée aux fous de sa race.

Lisez.

Une cinquantaine de Juifs et de Juives s’étaient réfugiés, hors du ghetto, à la Banque anglo-palestinienne, dirigée par un des leurs, le fils du rabbin Slonin. Ils étaient dans une pièce. Les Arabes, les soldats du grand mufti, ne tar­dèrent pas à les renifler. C’était le samedi 24, à neuf heures du matin. Ayant fait sauter la porte de la banque…Mais voici en deux mots ; ils coupèrent des mains ; ils coupèrent des doigts, ils maintinrent des têtes au-dessus d’un réchaud, ils pratiquèrent l’énucléation de yeux. Un rabbin, immobile, recommandait à Dieu ses Juifs : on le scalpa. On emporta la cervelle. Sur les genoux de Mme Sokolov, on assit, tour à tour six étudiants de la Yéchivah et, elle vivante, on les égorgea. On mutila les hommes. Les filles de treize ans, les mères et les grands-mères, on les bouscula dans le sang et on les viola en chœur.

Mme X est à l’hôpital de Jérusalem. On a tué son mari à ses pieds, puis sai­gné son enfant dans ses bras. « Toi tu resteras vivante… », lui répétaient ces hommes du vingtième siècle !

Aujourd’hui, elle regardait par la fenêtre, d’un regard fixe et sans larme !

Le rabbin Slonin, si noir, si Vélasquez, est là aussi. Il parle :

- Ils ont tué mes deux fils, ma femme, mon beau-père, ma belle-mère.

Ce rabbin dit cela naturellement, d’une voix de gref fier lisant un rapport.

Mais il va pleurer :

- En 1492, ajoute-t-il, les Juifs chassés d’Espagne avaient apporté un rouleau de la Loi à Hébron, un saint rouleau, une divine thora. Les Arabes ont brûlé ma thora.

Et le rab bin Slonin essuie deux larmes sur ses joues d’acier bruni.

Vingt-trois cadavres dans la pièce de la banque. Le sang recouvre encore le carrelage comme d’une gelée épaisse.

La religion de Mahomet

Défend son droit par l’épée

Et vous n’avez nulle idée de la grâce, de la jeunesse, de la do ceur, du charme et du teint clair du grand mufti…

*

Safed est en Haute-Galilée, à mille mètres dans les airs. Trois cônes de mon­tagnes coiffés de maisons, les maisons fardées au lait de chaux, lait de chaud bleu ou rose, ou jaune ou blanc. Au loin, dans un trou, deux cent mètres plus bas que le niveau de la mer, un miroir en forme de lyre : le lac de Tibériade. Miroir ! Lyre ! Tendres couleurs. Attendez.

Comme ceux d’Hébron, les Juifs de Safed sont des Juifs de l’ancien temps cultivant…le Zohar ! Vieux hassidistes, ils chantent et dansent en l’honneur du Seigneur. Ceux qui, en supplément, tiennent des boutiques dans le ghetto ont fermé leurs boutiques depuis six jours. Nous sommes au 29 août. Ils ne veulent pas exciter les Arabes qui, depuis le 23, se promènent processionnellement poignard et gourdin à la main, et aux lèvres le serment de tuer bientôt les Juifs. Depuis six jours ? Alors, et les Anglais ? Interrogés, ils répondent de Jérusalem que tout va bien. Le 29 août…

Mais voici l’histoire telle qu’on me la conte dans les rues du ghetto de Safed, cure d’air :

- Pardon, Monsieur, je suis le fils du vice consul de Perse…

- Parfaitement ! répondis-je à ce jeune homme. Ils ont bien arrangé votre maison.

- J’étais en vacances chez mes parents. Je fais mes études en Syrie chez les pères français d’Antoura. Depuis dix jours, les Arabes…

- Je sais. Après ?

- Alors, le 29 nous étions tous réunis à la maison. Nous entendons frapper. Mon père va à la fenêtre. Il voit une cinquantaine d’Arabes. « Que voulez-vous mes amis ? leur demande-t-il. – Descends ! Nous voulons te tuer avec ta famille. » Mon père les connaît presque tous. « Comment ? Vous êtes mes voisins ; je vois, dans votre groupe, plusieurs de mes amis. Depuis vingt ans, nous nous serrons la main. Mes enfants ont joué avec vos enfants. -Aujourd’hui, il faut qu’on te tue ! ». « Mon père ferme la fenêtre, et confiant dans la solidité de notre porte, il se retire avec maman, mes deux sœurs, mon petit frère et moi dans une chambre du premier. Bientôt des coups de hache dans la porte. Puis un grincement : la porte a cédé. Mon père dit : « Ne bougez pas. Je vais encore aller leur parler. » Il descend. Au bas de l’escalier, en tête de l’invasion est un Arabe, son ami. Mon père lui ouvre les bras et va vers lui pour l’embrasser en lui disant : « Toi, au moins, tu ne me feras pas de mal, ni à ma famille. » L’Arabe tire son couteau de sa ceinture et, d’un seul coup, fend la peau du crâne de mon père. Je descendais der­rière, je ne pus me retenir. Je brisais une chaise sur la tête de notre ami. Mon père s’affaissa. L’Arabe se baissa et lui redonna onze coups de poignards. Après, il le regarda, le jugea mort et partit rejoindre les autres qui pillaient dans la pièce à côté.

- Bien !

- Après avoir pillé ils mirent le feu à la maison. Je fis sortir maman, mes sœurs, mon petit frère enfermés dans l’armoire. Nous allions traîner le père hors de l’incendie quand les furieux revinrent. Voyant du sang dans l’escalier, ils dirent : « Les autres l’ont égorgé, cherchons son corps. » Alors me tournant vers ma grande sœur, je criai en arabe : « Donne-moi le revol­ver ; Ada ! » C’était une ruse. Nous n’avions pas de revolver. Ma sœur fait mine de chercher. Ils ont eu peur ! Ils sont partis. »

Voici maintenant un vieillard qui larmoie dans sa barbe blanche. Il tient à me dire qu’il s’appelle Samlomon Youa Goldchweig, qu’il a soixante-douze ans, qu’il est né à Safed, qu’il n’avait jamais fait de mal à personne, qu’on est venu chez lui, qu’on a tué sa femme, qu’on a voulu l’assassiner et que c’est quatre de ses voisins qu’il connaissait bien qui ont fait toutes ces choses. Et il me demande : « Pourquoi ? ».

Surgit un jeune homme : C’est David Habib Apriat. Son père était professeur d’hébreu, de français et d’arabe. Trois des anciens élèves de son père sont entrés chez lui, ont tué son papa, ont tué sa maman, ont coupé les doigts à sa sœur qui a fait la morte sur la maman. David Apriat s’en va, court. Où va-t-il ? Il revient avec sa sœur –moins deux doigts, et tous deux ils me regardent et le jeune homme répète : « Voilà ! Voilà ! »

Un autre apparaît :

- Je m’appelle Abraham Lévy, je suis sujet français algérien. Je suis gardien à l’Ecole de l’Alliance israélite. J’ai tout vu. Quand ils sont entrés à l’école, ils ont dit : « Abraham est de nos amis, il ne faut pas le tuer, mais seulement lui couper les mains ». Je m’étais enfui sur le toit. « Abraham ! criaient-ils, où es-tu ? Tu es notre ami, nous ne voulons que te couper une main ! ».

Je les connaissais tous. Tous étaient de bons camarades. J’ai pu me sauver.

Et le grand rabbin Ismaël Cohen ? Trois mois auparavant, me promenant dans le ghetto de Safed, j’avais rendu visite au vieillard. Depuis dix ans, il n’avait plus touché de son pied le raide escalier de son nid de pierres. Quatre-vingt — quatre ans d’âge, une fière tête, un fameux savant du Tal­mud. Ils l’ont égorgé aussi !

Je repris le chemin de sa maison. Je gravis l’escalier. La porte n’était plus fer­mée. Sur le divan où naguère il était assis pour me recevoir, des loques ensanglantées traînaient. Une mare de sang séché, comme une glace vue de dos qui se serait brisée là, tachait le carrelage. Au mur, l’empreinte de ses doigts sanglants.

- Monsieur le grand rabbin lui avais-je dit, à cette même place, permettez que mon ami Rouquayrol fasse un croquis de vous.

- Chers visiteurs, avait-il répondu, la foi de Moïse le défend, mais Ismaël Cohen ne voit plus clair, il n’en saura certainement rien !

Et il nous avait tendu sa main blanche. Sa main était là, aujourd’hui, toute rouge !

C’est ce que l’on appelle un mouvement national !


Albert Londres, Le Juif errant est arrivé, Paris, UGE, 10/18, 1975, « Les sol­dats du grand mufti »,pp. 195 – 202.